« Pourquoi Sleimane Frangié a raison | Accueil | La justice pénale internationale pour le Liban : bienfait ou malédiction ? par G. Corm »

10 février 2008

Commentaires

Lambert

Bonjour Régina,
J’avoue être assez surpris par votre dernier commentaire.
Surpris parce que j’ai adoré votre livre, et que je l’ai interprété comme un message de paix et de tolérance et d’amour.
Message dont le Liban à vraiment besoin aujourd'hui ou il marche à nouveau au bord du gouffre.
Aussi, suis-je étonné, que vous qui avez déposé les armes, fassiez l’éloge de ceux qui s’y refusent.
Certes, un ton volontairement rassurant fut employé lors de ces interviews croisées.
Certes il y était question d’un avenir commun esquissé sous des traits peut être idylliques, auxquels nous aimerions croire.
Mais enfin, ces discours, à destination électorale, et dont les termes furent soigneusement pesés afin de rassurer sur la nature de l’alliance entre le Hezbollah et le Cpl, peuvent ils pour autant faire oublier l’essentiel des discours proférés auparavant, et après ?
Car enfin, ou est donc l’avenir radieux promis quand dans le même temps,Nasrallah promet une guerre éventuelle de mille ans jusqu’à la destructionde l’état d’Israël ?
Où est cet avenir quand on se réclame de Dieu pour proclamer une victoire divine sur les décombres de sa propre nation et pour glorifier la mort au soir de l’enterrement de ses enfants ?
Où est la tolérance, quand ceux qui ne souscrivent pas à ce destin de martyrs glorifiés sont catalogués comme traîtres et collaborateurs del’ennemi, alors que tout simplement ils refusent cet engrenage de la violence et n’aspirent qu’à pouvoir enfin vivre en paix dans un pays qu in’a déjà que tant souffert ?
Ou est l’amour quand on apprend des leur plus jeune age à ses enfants à haïr l’adversaire aussi cruel et cynique soit il?
La guerre est une chose suffisamment horrible en soi, pour en plus la rendre aussi inévitable et cruelle en y intégrant la spirale infernale de la haine qui empêche de saisir les opportunités du dialogue et de la paix quand elles se présentent.
Alors, pour toutes ces raisons, oui, je suis surpris que vous, Régina, vous qui vous insurgiez contre la sacralisation de la mort, vous qui défendiez le fait que le sacré n’était que dans la vie, déposiez les armes aux pieds mêmes de ceux qui les glorifient.
Alors, je souhaite ce soir me tromper dans mes propos, que ce soit vous qui ayez raison, et que derrière la lumière des paroles ne se profile pas une réalité beaucoup plus sombre.
Quoiqu'il en soit, votre livre n'en reste pas moins un touchant appel à la tolérance et à la reconciliation des libanais avec eux memes et à l'acceptation de leur passé .

Bonne soirée

Jean-Michel

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Ma Photo

Signature "Librairie Antoine" Liban

  • 2007_05_19_liban_beyrouth_regina_56_sign
    Séance dédicace à la "Librairie Antoine" ABC Achrafieh, Beyrouth, Liban le 18 mai 2007